X FERMER

NAVIGATION

VIVRE A PONTMAIN
LA SOCIÉTÉ NOS MARCHÉS
CONTACT LETTRE D'INFORMATION

RECHERCHE

LES TÉMOIGNAGES
Thème : Plantation de haies bocagères

La Régie des Eaux des Coëvrons

La Régie des Eaux des Coëvrons (Le SIAEP de Chémeré-le-Roi n’existe plus depuis la fusion avec la REC des Coëvrons effective au 01/01/2018.

Le projet, l'action (de quoi s'agit-il ?)

Il est prévu de planter 14 km de haies en deux ans. La saison 2017-2018 a permis de planter 6 km de haies localisées sur les secteurs de Vaiges, la Bazouge-de-Chéméré, Ballé, Cossé-en Champagne, Torcé Viviers-en-Charnie, Chémeré-le Roi, Saulges.

Une deuxième vague de plantation est prévu à l’automne 2018.

Le contexte, les objectifs qui ont motivé le projet, l'action (pourquoi ?)

Ce programme de plantation s’inscrit dans le cadre d’un programme de lutte contre les pollutions diffuses sur les bassins d’alimentation de 8 captages prioritaires dans l’Est de la Mayenne ; la pollution identifiée sur ces captages étant les nitrates.

L’objectif de la plantation est de réduire la pollution aux nitrates. La haie présente également l’intérêt d’améliorer la capacité de filtration des sols aux produits phytosanitaires.

 

Les solutions, moyens

Face à cette pollution, l’un des mesures engagée est la plantation de haies sur les territoires des bassins d’alimentation des captages prioritaires.

Les actions du programme sont portées par un contrat territorial entre l’Agence de l’eau Loire et Bretagne, le Conseil Départemental de la Mayenne et les Syndicats d’eau suivants : la Régies des Eaux des Coëvrons, la Communauté de Communes de Meslay-Grez et le SIAEP de Sillé-le-Guillaume. La structure porteuse de ce contrat étant la REC des Coëvrons. Le financement est pris en charge à 100% par les financeurs précités.

En contrepartie de cette aide, les bénéficiaires de cette aide s’engagent à maintenir et entretenir la haie sur une durée minimale de 25 ans. En outre, la plantation de nouvelles haies ne peut pas compenser l’arrachage par ailleurs.

 

Gains, avantages retirés

  • Le bocage participe à la dénitrification et à la dégradation des pesticides grâce aux racines des arbres et des herbacées qui jouent le rôle d’un véritable filtre.
  • Limite l’érosion des sols, favorise l’infiltration et l’épuration des eaux.
  • La haie est une zone tampon, l’eau s’infiltre mieux à proximité de la haie grâce aux racines des arbres qui permettent de décompacter le sol.
  • D’autres intérêts comme la fonction de brise-vents pour les bêtes, le maintien de la biodiversité, etc.

 

Les points clés de la réussite

En amont, la Chambre d’agriculture a animé des ateliers de terrain pour sensibiliser et a réalisé pour chacune des exploitations intéressées un plan de gestion.

La prise en charge à 100 % du projet est probablement aussi un élément décisif.

D’un point de vue technique, des étapes clés telles que la préparation du sol, le choix des essences et la mise en place de protection contre les animaux sont essentiels à une bonne reprise des végétaux. Une visite régulière pendant les premières années est également indispensable pour vérifier l’état de la haie.

Pour en savoir plus

M. LOISON a proposé un projet de ml dans un objectif de bien être animal. Il a quadrillé une de ses pâture de ligne de plantation Nord-Sud pour une meilleure exploitation, en créant des paddock et permettant un ombrage suffisant. La clôture de protection de haie a été disposée de façon à faciliter l’entretien. Il souhaite une formation pour la taille à venir.

Mme GUIHO a enrichi des haies basses d’épine noire par des espèces de hauts jets ainsi que des plantations en bordure de champ afin de recréer des connexions. Pleinement satisfaite di travail accompli, elle souhaite poursuivre le projet en proposant de nouveaux linéaires.

 

Une plantation participative à Saint-Hilaire-du-Maine

Le projet porte sur la replantation d’une haie entre deux parcelles, l’une appartient à la commune, l’autre à un particulier. La haie existante avait été enlevée il y a quelques années.

 

Le projet, l'action (de quoi s'agit-il ?)

Cette action vient en complément de l’inventaire bocager concernant le PADD (Projet d’Aménagement et de Développement Durable) pour le PLUI (Plan Local d’Urbanisme Intercommunal) mené par le Syndicat de bassin et la Chambre d’agriculture sur la Communauté de communes.

Les solutions, moyens

La réalisation de la plantation de la haie est prévue au moment de la fête de l’arbre du 25 novembre 2017. Le but serait de commencer la démarche, la veille le 24 novembre, en démarrant la plantation avec les enfants de l’école. Le 25, l’objectif est de planter de manière conviviale avec les personnes qui seront volontaires. La journée se finira autour d’un repas pour fêter ça.

NB : une initiative de plantation a déjà été faite avec les enfants au début des années 2000 en plantant le long d’un chemin qui sert de liaison en centre bourg, cf. photo. Une manière de valoriser «  une haie champêtre dans un bourg rural ».

Gains, avantages retirés

La reconstitution d’un bocage et la valorisation du bois en énergie.

Les points clés de la réussite

Le but est d’impliquer la population comme cela a déjà été fait il y a 15 ans. Les habitants aideront à la plantation d’une haie sur un GAEC (Groupement Agricole d'Exploitation en Commun).

« Il faut des occasions à saisir pour s’investir ». Des manifestations ont été organisées : une demi-journée de randonnée sur les essences des arbres, journées d’entretiens des haies, etc. tous ces éléments jouent en faveur des arbres.

Les aides du Conseil départemental sont aussi un atout pour le projet car elles permettent de motiver les agriculteurs pour planter des haies.

Plantation d'une haie bocagère sur la commune de BALLOTS

La collectivité

ACTIVITÉ

Mairie de BALLOTS

Le projet, l'action (de quoi s'agit-il ?)

Suite à la création d’une voie douce le long de la route départementale reliant BALLOTS à LAUBRIÈRES, la commune de BALLOTS a engagé un programme de plantation d’une haie bocagère de 5 031 ml.

Le contexte, les objectifs qui ont motivé le projet, l'action (pourquoi ?)

Un des rôles du GAL Sud Mayenne, structure émanant du programme leader, est de piloter la politique énergie-climat.

Suite à un inventaire des haies dans le cadre du PLU et à une volonté de pouvoir être à terme producteur de bois énergie, le GAL a conforté la démarche de la commune de BALLOTS.

 

Les solutions, moyens

L’accompagnement technique du GAL et de la Chambre d’agriculture pour la rédaction du dossier a permis de monter un projet clé en main.

Une information faite auprès des riverains a permis aussi de faire quelques réajustements, d’obtenir leur approbation et d’assurer la continuité des plantations suite à de l’acquisition de terrain.

Gains, avantages retirés

Outre l’aménagement paysager de la voie douce, l’intérêt de la plantation est d’optimiser l’utilisation de la dépendance verte pour toutes les qualités que représente la haie bocagère y compris en terme de protection contre le vent.

Cet espace est vraiment valorisé et l’image de la commune renforcée.

Les points clés de la réussite

Sans l’aide financière du Département de la Mayenne, seuls 500 à 600 ml auraient été réalisés. Le dispositif financier a permis de déclencher le projet dans son ensemble et d’impulser une démarche plus ambitieuse.

Plantation de haies bocagères Par Maître d'ouvrage : Parc Naturel Régional Normandie Maine / Syndicat mixte

La collectivité

LOCALISATION

Nord du Département de la Mayenne

SITE INTERNET

Le projet, l'action (de quoi s'agit-il ?)

Dans le cadre d’une démarche globale sur le bocage, via le Contrat Nature des Avaloirs, des opérations collectives de plantation de haies bocagères ont été mises en place par le Parc naturel régional Normandie Maine sur la Communauté de communes du Mont des Avaloirs.

Dans un premier temps, l’animateur du Contrat Nature a conseillé les agriculteurs ou les propriétaires volontaires pour planter des haies. Ensuite, un appel d’offre a permis de recruter une entreprise qui c’est chargée des travaux de plantation.

Le contexte, les objectifs qui ont motivé le projet, l'action (pourquoi ?)

Le Contrat Nature en Pays de la Loire fait partie d’une démarche d’anticipation des Shéma Régional de Cohérence Écologique (SRCE) pour tester et mettre en œuvre des mesures de conservation de la Trame Verte et Bleue (TVB). C’est un outil de la Région Pays de la Loire qui peut s’appliquer à des échelles et sur des thématiques variées.

La proposition du Parc Normandie Maine et de la communauté de communes du Mont des Avaloirs visait à la restauration, la valorisation et la préservation de la trame bocagère (16 communes au Nord de la Mayenne). Ce Contrat Nature s’inscrit dans une démarche participative associant les différents acteurs du bocage et s’attache à relier les enjeux économiques et écologiques en intégrant des actions dans des domaines variés (agricole, appui économique à la filière bois énergie, urbanisme).

Différents partenariats ont été créés au cours de ce Contrat Nature, notamment un partenariat avec le Conseil général de la Mayenne sur la mise en place de plans bocagers communaux et l’adaptation des aides individuels à la plantation de haies en opérations collectives sous maitrise d’œuvre publique.

 

Les solutions, moyens

L’animateur du Contrat Nature a élaboré les dossiers de plantation auprès des agriculteurs et organisé les chantiers de plantation avec l’entreprise chargé de la plantation de haies.

 

Gains, avantages retirés

Ce dispositif permet de mobiliser des exploitants agricoles ne disposant pas du temps ou des connaissances nécessaires à la plantation de haies. Il garantit la qualité de plantation de haies réalisées.

 

Les points clés de la réussite

L’animation globale autour des continuités bocagères, de leur valorisation économique.

Une présence importante sur le terrain de l’animateur.

Il est nécessaire d’être présent à chaque étape et de se rendre sur le terrain avec l’exploitant agricole afin de définir le projet de plantation en concertation.

Le marché public nécessite un suivi administratif rigoureux, notamment pour la mise en place de convention de mandat auprès des exploitants agricoles. Le Parc recommande d’éviter les multiples lots (paillage, plantation, fourniture des plans) qui obligent à coordonner plusieurs prestataires.